Je suis locataire et mon volet est cassé : qui paie ?

Sur le guide des fenêtres et des volets, vous êtes nombreux à nous poser régulièrement des questions. Pour mieux vous répondre, nous avons décidé d’ouvrir une nouvelle rubrique « questions – réponses ». N’hésitez pas à poser vos questions en commentaire, nous y répondrons le plus souvent possible dans un nouvel article !

Aujourd’hui, nous répondons à Christelle. Sa question est simple : « je suis locataire et je possède des volets en bois. Hier il y a eu une grosse rafale de vent durant la journée et le volet s’est cassé et est tombé à terre. Les réparations sont elles à ma charge ? ».

Locataire, propriétaire :
qui paie les réparations d’un volet cassé ?

Dans cet article « locataires, propriétaires, qui prend en charge la réparation des volets », nous détaillons les droits et les devoirs de chacun. Il faut dire que la limite peut être ténue entre la responsabilité du propriétaire et celle du locataire, et cela mérite toujours quelques éclaircissements !

Dans votre cas Christelle, il s’agit visiblement d’une casse qui fait suite à un cas de force majeure. Le décret du 26 août 1987 précise que le locataire doit prendre en charge les travaux d’entretien courant, « ayant le caractère de réparations locatives ». Le locataire n’est pas tenu de faire les travaux de réparation dans plusieurs cas :

  • Lorsque que les dégâts font suite à un vice de construction (par exemple un défaut d’étanchéité) ;
  • Lorsque que les dégâts sont dus à une usure normale du bâtiment ou des revêtements ;
  • Ou lorsque les dégâts font suite comme ici à un cas de force majeure, comme une tempête, une inondation…

C’est donc le propriétaire qui doit faire appel à un professionnel et régler le coût des réparations.

Par contre, attention aux devoirs en tant que locataire ! Vous avez la responsabilité des menues réparations (graissage, remplacement de petites pièces…), mais également du nettoyage et surtout, du bon usage au quotidien des volets. Si les dommages font suite à un défaut d’entretien ou d’usage, le propriétaire n’est pas légalement tenu de prendre les travaux à sa charge. Par exemple, si les gonds du volet étaient abîmés et que rien n’a été fait, ou que le volet a été laissé non fixé pendant la tempête, le coût des réparations peut être à votre charge.

Vous avez une question et vous souhaitez la réponse d’un expert ? Posez-la en commentaire ! Nous y répondrons dans la rubrique « réponses d’experts »

Lire aussi : quels volets résistent le mieux aux tempêtes ?

Besoin d'un conseil, contactez un expert !

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Je suis locataire d’une maison, dont un volet roulant d’une baie vitrée est électrique. En mars dernier, le propriétaire a fait intervenir la société pour procéder à une réparation: Le mécanisme électrique ne fonctionnait plus.
    Le professionnel nous a informé que le volet ayant 15 ans, il serait judicieux de procéder à son remplacement.
    Je cite le dépanneur: » je vous fais une réparation de fortune et j’envoie un devis au propriétaire … »
    Le volet re-fonctionnant, personne n’a donné suite et le propriétaire s’est acquitté de la facture.
    Il y a une semaine, le volet montre les mêmes signes de défaillance, bloqué (heureusement baissé)
    Après consultation dudit propriétaire, il nous informe que le même pro prendra contact avec nous pour un rdv pour « changer quelques lames ou une pièce défectueuse.
    Sachant que la « menu réparation » est à la charge du locataire, alors que le remplacement du volet est à la charge du propriétaire, nous craignons une nouvelle réparation de fortune et une récidive des symptômes de panne. Que faire pour que le propriétaire prenne ses responsabilités de bailleur? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *